• "La Guilde" (septembre 2008)

                    <st1:personname w:st="on" productid="la Guilde">La Guilde</st1:personname> est le premier film de Ertemel Production qui ne soit pas réalisé par Niavlys Ertemel. C’est aussi le premier film d’Etaga Ertemel, auparavant actrice dans les précédentes productions Ertemel Production. A partir d’un scénario extrêmement précis et travaillé, Etaga Ertemel a réuni une troupe d’acteurs dont beaucoup n’ont encore jamais joué au cinéma (Nariolf Egreog, Namied Yeuop, Erialc Yeuop…).


                    <st1:personname w:st="on" productid="la Guilde">La Guilde</st1:personname> est basé sur un scénario très solide, mais apparemment difficilement adaptable, qui a nécessité le travail conjugué de trois scénaristes et au moins deux semaines de travail intensif (un soin particulier a été apporté à la mise en forme du document, avec des titres de couleur et un choix de police hélas inadaptable au cinéma). Le scénario du film est présenté à la fin de cet article, tel qu’il a été écrit ; vous pourrez alors soit lire une formidable histoire si vous n’avez encore pas vu le film, soit comprendre un peu mieux le film.

                    Etaga Ertemel, après avoir appris en cinq minutes l’utilisation de la caméra, s’est aussitôt attaquée avec plus ou moins de succès au tournage. Elle a aussitôt fait montre d’un exceptionnel talent, avec des cadrages particulièrement réussis lors des dialogues et des scènes d’infiltration. Sa plus grande idée fut de filmer une actrice qui tient à rester anonyme de dos pour qu’elle accepte de jouer durant quelques secondes. Et Etaga Ertemel a pu se filmer elle-même avec sa troupe au complet en posant la caméra sur un pilier et en passant devant ! Des difficultés techniques dont on ne se doute pas.

                    Néanmoins, il semble que le fonctionnement de la caméra n’a pas été complètement maîtrisé, comme on peut le comprendre à la vue de cette image…


                    Une fois le film tourné, il a fallu le monter ; tâche encore plus difficile. Ertemel Etaga a monté une première version époustouflante de son film : le montage est si original que le film reste très difficile à suivre. Une réussite artistique, surtout à la fin, mais qui est réservée à un public restreint (ceux qui ont lu le scénario). Niavlys Ertemel, producteur du film avec Imer Ertemel, est donc intervenu, dans le but de proposer un montage du film qui soit plus clair et moins déroutant pour le spectateur. Ce montage director’s cut (car privilégié par Etaga Ertemel), contient des scènes inédites et des textes expliquant le scénario au spectateur.

                    Mais même avec ce montage, seul 20% du tournage a été utilisé. Niavlys Ertemel, comme Etaga Ertemel, a été obligé de supprimer des longues séquences de préparation des acteurs, de positionnement de la caméra, de dialogues hors-champ. Une très longue scène a dû aussi être coupée, scène où Adnil El Uaerd monologuait durant cinq minutes au téléphone. Ne sachant où mettre la scène dans le film, et l’image ayant été considérablement abîmée, elle a dû être supprimée des deux montages.

                    On pourra remarquer le soin tour particulier apporté aux costumes et aux accessoires (les épées semblent avoir été déterrées du Moyen-âge). Etaga Ertemel a réalisé un mélange des genres entre film à suspense et thriller médiéval. On attend avec impatience le prochain film d’Etaga Ertemel.


                        Qu'est-ce qu'exprime <st1:personname w:st="on" productid="la Guilde">la Guilde</st1:personname> ? Il est clair tout d'abord que les deux versions, celle de la réalisatrice Etaga ERTEMEL, et celle director's cut de Nyavlis ERTEMEL n'ont pas du tout les mêmes significations. <o:p></o:p>

                    Penchons-nous d'abord sur le montage Etaga : le film tout d'abord apparaît empreint d'une violence très forte et dure, que ce soit par la bande son aux coupures extrêmement brutales, puis tel un véritable crescendo de l'horreur par la très mauvaise qualité de l'image qui repousse le spectateur ou semble une autocensure devant la dureté des évènements traités. Cette violence, que l'on comprend bien caractéristique de ces milieux sectaires, est enfin magistralement opposée dans une sublime dernière partie par une simplicité, une innocence ou une imbécillité qui finiront d'achever le spectateur : l'absence de bande-son, l'incohérence entre les images visionnées, puis l'absence même de mouvement et enfin la présence de phrases sous-titrés venues d'on ne sait où, ajouté à un extrême lenteur montrent bien que les personnes violentes valent beaucoup moins que celles d'une simplicité mentale la plus extrême. Un montage dur, engagé, qui ne laisse pas indemne le spectateur.<o:p></o:p>

                    Dans le montage de Niavlys Ertemel, le côté historique des évènements est beaucoup plus mis en avant, grâce à des textes explicatifs. <st1:personname w:st="on" productid="la Guilde">La Guilde</st1:personname> acquiert alors une certaine réalité, loin de l’abstraction du premier montage, ce qui donne encore plus de violence aux scènes du film, notamment lors de la scène finale. Le film devient non plus un essai artistique mais la reconstitution de la vie de dangereux terroriste, un film de gangsters au terrible suspense. On ne manquera pas d’être choqué par la scène de dialogue, qui expose l’effrayante réalité que constitue une troupe de terroristes, terriblement mous, amorphes, qui ont même du mal à terminer leur phrases et semblent, de fait, des pantins manipulés par un « Parrain » invisible (peut-être dans un prochain film ?). Manque ou absence d’éducation ? Handicap mental ? Accident cérébral ? Cette scène de dialogue ouvre beaucoup de pistes de réflexion… Ce qui est confirmé par le professionnalisme certain apparaissant lors des scènes d'infiltration. Lors de la scène où les assassins effectuent leur basse oeuvre, le manque de visibilité des victimes des assassins, cachés par les brouillages de l'image ou par les ombres, fait douter de la réalité des membres de la Guilde. Pourquoi l'homme qui travaille devant son ordinateur ne semble-t-il pas le moins du monde gêné par l'épée que lui enfonce dans le dos le personnage joué par Etaga Ertemel ? Les assassins ne sont-ils pas des fantômes d'un passé révolu, dépassé ? Un temps désormais digne d'un musée... ou d'un cirque ? Enfin, la scène finale intervient comme une conclusion logique au film, qui s'achève, comme tous films de gangsters, sur un massacre collectif. Les assassins s'assassinent, sourire aux lèvres, prouvant par là leur folie ou leur autisme.


    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    <o:p> </o:p>

    Le scénario qui suit n’a subi aucune modification de la part des auteurs de ce site. Il est publié brut, de manière authentique :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    THE GUILD

    <o:p>   </o:p>

    <o:p> </o:p>

    LEMETTRE Agathe LEDREAU Linda

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Une guilde d’assassins se réunie dans un seul but : tuer<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Personnages<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Zelda  la chef de guilde<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les assassins :<o:p></o:p>

    Fosto, Yin, Shay, Zelada, <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les ciblés :<o:p></o:p>

    La famille Camali (3 personne)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les accessoires<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Epée, costume moyenâgeux, sang, des effets spéciaux !

     


    <o:p> </o:p>

    SCENE 1 ACTE 1<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     On voit un ombre on entend un cris et l’ombre tombe apparaît un tache de sang (ketchup)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACTE 2<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

             Une personne vêtue d’un capuchon noire (pièce de tissu élastique)  Avance d’un pas presse et pousse une porte.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACTE 3<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

            4 personnes sont réunit autour de la table Zelda qui préside se lève. La personne enlève sont capuchon.<o:p></o:p>

    Zelda ; Alors c’est fait ?<o:p></o:p>

    Shay ; Oui, J’ai bien tué la famille Cannelle<o:p></o:p>

    Ying : QUOI !<o:p></o:p>

    Shay ; Quoi QUOI <o:p></o:p>

    Ying : Tu as tuée les mauvaises personnes !<o:p></o:p>

    Zelda : Tu devait tuée leurs voisin, tu n’est q’une imbécile !<o:p></o:p>

    Zelada : Si tu n’étai pas dans cette guilde depuis 5 ans tu serait déjà morte !<o:p></o:p>

    Fosto : C’est malin on vas encore répare tes bêtise  car ce n’est pas la première fois  …<o:p></o:p>

    Zelda : on vas devoire remuer ciel et terre pour les retrouver a present<o:p></o:p>

    FIN DE <st1:personname w:st="on" productid="LA SCENE">LA SCENE</st1:personname><o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Scène 2 acte 1<o:p></o:p>

           Les assassins tous vêtus de cape noire se dirigent vers le lieu du crime.<o:p></o:p>

    Arriver devant la maison ils constatent qu’elle est vide.<o:p></o:p>

    Ils se divisent en plusieurs  groupes pour trouvés les occupant de la maison.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACTE 2<o:p></o:p>

         Le groupe 1 est composés de : Fosto, Shay et Zélada<o:p></o:p>

    Le groupe 2 est composés de : Zelda et Ying.<o:p></o:p>

    Le groupe 1 apprend que la famille a change de quartier.<o:p></o:p>

    Le groupe 1 prévient le groupe 2.<o:p></o:p>

    ACTE 3<o:p></o:p>

            La guilde     ils se dirigent vers le quartier en question.<o:p></o:p>

    Fosto : Sait t’on quel maison ils habitent ?<o:p></o:p>

    Ying : Non<o:p></o:p>

    Zelada : quetionons le voisinage.<o:p></o:p>

    Les autre membres : Bonne idée !!<o:p></o:p>

    La guilde se sépare.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    FIN DE <st1:personname w:st="on" productid="LA SCENE">LA SCENE</st1:personname> <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    SCENE 3 ACT 1<o:p></o:p>

            La guilde séparer en 3 groupes Zelda-Fosto, Yin-Zelada et Shay. Ils décident les maison q’ils vont visiter<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 2<o:p></o:p>

            Le groupe 1 vas sonné sans suces ainsi que le groupe 2 Shay escalade le mur car le portail est fermé et vas toquer ou elle obtient la bonne réponse.<o:p></o:p>

    Elle prévient le reste de la guilde.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 3<o:p></o:p>

         Il organise une surveillance de la maison.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    SCENE 4 ACT 1<o:p></o:p>

            La guilde surveille la maison de l’intérieure du jardin.<o:p></o:p>

    Il note leur fait et geste.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 2<o:p></o:p>

            La guilde se réunit a leur qg  (cabane de Linda)  et mette en commun leur observation.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 3<o:p></o:p>

            Il monte un plan d’attaque. Et se dirige vers le lieux du future crime et se mette en place.<o:p></o:p>

    Fosto s’éclipse.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    SCENE 5 ACT 1<o:p></o:p>

            Zelda et Fosto rentrent par derrière, les autre rentrent par la porte et la porte fenêtre ils inspecte la maison.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 2<o:p></o:p>

    Zelda tombe sur AH Zelda l’attaque de face <o:p></o:p>

    tandis et passe entre ses jambe et le tue par l’arrière.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ACT 3<o:p></o:p>

            Pendant ce temps Yin, Shay et Zelada neutralise le reste de la famille. Zelada tue MNM a l’épée les 2 autre tue AF.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Act 0<o:p></o:p>

            La guilde s’aperçoit que Fosto a disparue.<o:p></o:p>

    Ils décident de partir sans luis.<o:p></o:p>

    Dans la maison ils le découvrent protégeant la famille c’est un traître<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    FIN DU FILM                                      <o:p></o:p>

     


  • Commentaires

    1
    Nonta
    Dimanche 15 Février 2009 à 11:13
    Superbe article, plus complet, ?me semble impossible. Il a le m?te, en plus, avec le sc?rio, de nous expliciter ce film, qui est, je dirais, assez sombre. (?ous les points de vues ;) )
    Ja !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :